Prey sur Xbox 360 Jeu Video

jeux video DS, Playstation, Jeux PS3, PC, console, jeux gratuits
Inscription jeux video Ajout jeux video Accueil jeux video base de donnée jeux video Forum jeux video Top jeux video Top membre jeux video Contact jeux video
 
Login:
Pass:

 

Prey

 
Prey
Classé 4039 sur 26290 jeux au général
Classé 241 sur 814 jeux sur Xbox 360
 
La presse:
(4 Notes)
15.8
Les joueurs:
(3 Notes)
15.0
 
Note globale Catégorie Notez ce jeu
77% B
 
 

Prey - Description

Ce jeu Xbox 360 est sorti le 07/2006. Si vous êtes fan de jeux video de , faites vous plaisir et jouez y !

Des armes vivantes, un fidèle acolyte, de nombreux véhicules, des environnements gigantesques, un scénario palpitant avec une fabuleuse histoire de rédemption et plus de 3 heures d'une bande son épique composé par jeremy Soule (Oblivion, Guild War). Le fps de l'année est entre vos mains. Imaginez un endroit où la gravité est variable. Vous pouvez la maitriser, la modifier, l'inverser.... Imaginez vous en train de marcher sur les murs et les plafonds. Saurez vous affronter ce défi d'un nouveau genre? Les portails changent la donne. Pour la première fois les effets d'un mode où les portails modifient votre perception de la réalité. Prey impose de nouvelles normes auxquelles votre esprit devra s'habituer. Un gameplay vraiment innovent conçu par les créateurs du Bullet Time la marche funèbre (la mort n'est plus un échec, elle devient fun). L e voyage par l'esprit(quittez votre enveloppe corporelle pour explorer votre environnement, attaquer vos ennemis par surprise et résoudre des énigmes).
  Ajouter une description
 

Prey - Images du Jeu Video

Prey - Xbox 360
Recto de la pochette
Prey - Xbox 360
Verso de la pochette
Prey - Xbox 360
Media du jeu
Prey - Xbox 360
Screen du jeu
Prey - Xbox 360
Screen du jeu
Prey - Xbox 360
Screen du jeu
Prey - Xbox 360
Screen du jeu
  Ajouter une image
 

Prey : avis des membres



15
[ Niv: 0; Exp: 0 ]
[ Envoyer un message privé ]

Et ouais, encore un FPS dans lequel les petits bonshommes verts débarquent Cest ce que je me suis dit en tout cas, la première fois, en voyant Prey. Venir envahir la planète bleue est apparemment devenu un sport national chez les ET ! Le développement de ce soft a débuté en 1997 et nous sommes en 2006 ; enfin, aux dernières nouvelles... Près de dix ans pour enfin voir le jour, ça bat des records !!! Dans ce cru qui devrait donc être arrivé à maturation (presque deux lustres dans la cave quand même !), on incarne un Indien Cherokee, mécano, surnommé Tommy (cest le surnom qui lui est donné et heureusement parce que son nom Cherokee est bien trop complexe pour moi) et qui, Ô ultime trahison, ne croit pas aux légendes de son peuple : il ne vénère pas les shamans, renie le monde spirituel de ses ancêtres etc. Bref, il a tout du gars mal dans sa peau, revendicateur et contradictoire ; une sorte de looser à plumes quoi Mais ce quil ne sait pas encore, cest quil va sauver le monde entier Et ouais, balèze le Peau Rouge !

Comme je lai sous-entendu dans lintro, notre protagoniste mène une vie assez simple entre tournevis, boulons et bidons dhuile. Mécontent dêtre né Cherokee, il na quune envie : quitter la réserve dans laquelle il vit avec sa tendre et douce, Jen qui elle, à linverse, na point dans lidée de quitter la terre de ses ancêtres. Le jeu débute dans le bar de votre petite amie ; vous prenez le contrôle de ce cher Tommy dans les chiottes (ça commence bien !). Après être revenu au bar et avoir eu une légère conversation avec votre âme sur, vous vous apercevez que deux loubards essayent de profiter delle. En tant que bon mécano, vous savez bien manier la molette et vous vous en servez pour fracasser le crâne de ces deux avortons. Suite à cette petite séance de ferraillage, la terre se met à trembler, les lumières séteignent et les murs commencent à disparaître Des lumières provenant dun énorme vaisseau viennent sillonner le bar en aspirant tous ceux qui sy trouvent, cest-à-dire : votre copine, votre grand père Enisi et vous-même (dis donc, dhabitude ce sont les vaches qui senvolent dans les OVNI !). Lorsque vous ré ouvrez les yeux, vous êtes tous trois côte à côte, sanglés sur des plates-formes montées sur rails et vous vous rendez compte que vous nêtes pas les seuls à subir le même sort ! Un peu plus tard, suite à une explosion, votre plate-forme en vient à se détacher brusquement : vous navez plus quà regarder, impuissant, les gens que vous aimez continuer leur chemin le long des rails. Dès lors, votre unique objectif : sauver votre bien-aimée !

Bon, voilà pour lhistoire, passons aux choses sérieuses Tout dabord, les points négatifs du soft. Daccord, cest méchant de débuter par les défauts mais bon, avec pratiquement dix ans pour pondre un jeu ! Et avec la pub qui a été faite tout autour, je mattendais quand même à mieux Cest un FPS, on est daccord, mais un peu trop linéaire à mon goût : dans Prey, on avance, on shoot, on avance, on shoot Oui, je sais, cest le principe même dun FPS mais ici, lorsque arrive la fin, eh bien on nest pas mécontent, la lassitude sétant installée depuis un petit moment déjà. Ensuite, il y a les espèces de puzzles, petites énigmes qui vous pousseront, pour réussir à vous frayer un chemin, à changer la gravité grâce à des cibles qui nexerceront leur fonction quune fois que vous aurez tiré dessus. Un peu trop simplet De même, il arrive que vous vous trouviez face à un champ de force et que linterrupteur se situe de lautre côté Comment faire ? Trop facile Votre grand-père vous apprendra à détacher votre corps de votre esprit qui, au passage, sera muni dun arc à flèches assez balèze ! Immatériel, il ne vous restera alors plus quà passer à travers le champ et à appuyer sur le petit piton pour désactiver ce dernier. Ca peut aussi se présenter de façon légèrement différente : un interrupteur se trouve sur la passerelle, juste en face de vous, mais aucun moyen de sy rendre à moins de savoir voler, ce qui nest pas votre cas. Une fois de plus, vous envoyez votre esprit se dégourdir les jambes () et là, comme par magie (eh oui Abracadabracest de la magie !), un chemin spirituel reliant votre position à la satanée passerelle apparaît. Vraiment rien de bien compliqué en soi et de toute façon, si jamais, par le plus grand des hasards, cette solution ne vous traversait pas lesprit, eh bien regardez un peu autour de vous, un symbole indien représentant un soleil servira de clin dil (dans le genre : allez, arrête de tourner en rond et envoie donc ton esprit faire le sale boulot !). Quoi quil en soit, pour résoudre ces énigmes, on y va tout de même souvent au ptit bonheur la chance et ça marche !

Malgré ces différents défauts, Prey reste au fond un bon jeu Je poursuis donc avec les aspects plus positifs du soft ; cest que je nai pas envie de me prendre un coup de tomahawk non plus ! Le gameplay et le level-design apportent une originalité plutôt déroutante mais au final, pas si désagréable Comme expliqué ci-dessus, on peut changer la gravité. Au début, ça peut sembler bizarre, on se perd facilement, on est déstabilisé mais plus on avance dans le jeu et plus on sy habitue. Après quelques heures de jeu, lorsquon nous tire dessus, on a pris le réflexe de regarder tout autour de nous et surtout au dessus de notre tête ! En effet il est assez courant de voir nos ennemis au plafond, tête bêche (à moins que ce soit nous qui soyons à lenvers). Enfin bref, ça peut venir de partout et finalement, cest assez fun. Pour ce qui est des différents décors vous entourant, cest un peu dégueu quand même : cest glauque, macabre, voire répugnant Coooooooool ! On se trouve bel est bien dans un vaisseau extra-terrestre qui, bien sûr, est fait de métal et de matière organique. Par exemple, certaines bornes présentes pour vous soigner ressemblent à des sortes de comment dire bestioles avec plusieurs yeux et une trompe (Heu Pour se soigner ? Ben ouais). Certains orifices également, doù sortent quelquefois les ennemis, pourront vous rappeler quelques parties intimes de lanatomie humaine Etrange, non ? Vous rencontrerez encore dénormes boyaux servant de tuyaux et bien entendu, si vous tirez dessus, ça saigne ! Gnac gnac gnac Parlons maintenant dune autre nouveauté : les portails. Ils vous rappelleront sans doute assez étrangement « La porte des étoiles ». Voir souvrir devant vous une porte non matérielle qui a la capacité de vous projeter à mille lieux de là où vous vous trouvez, au début, forcément, ça surprend ! De plus, les ennemis utilisent sans cesse ces portes pour vous prendre en embuscade et du coup, encore une fois, ça sort de partout (plafond, murs etc.) ; excellent ! Par contre, les créatures rencontrées ne sont pas très variées ; cela dit, certaines sont vraiment coriaces ! Elles sont hideuses mais belles en même temps. Je mexplique : leur apparence est dégoûtante mais la réalisation est top. On peut dire la même chose de larmement que lon peut obtenir : pas beaucoup de diversité mais un arsenal très bien fait. Certaines des armes sont (encore une fois) un mélange de mécanique et de matière organique. Les grenades, par exemple, sont en fait de petites bêtes à trois pattes. Il vous suffira de leur en arracher une et de lancer ensuite les bestioles éclopées pour quelles explosent après quelques secondes ou dès quun ennemi sen approche. Dans le même style, larme de base peut servir de sniper grâce à un il qui, venant se mettre devant le vôtre, vous permet de zoomer. Au tout début, quand ce même il commence à regarder à gauche puis à droite pour ensuite vous fixer, vous vous direz certainement : « Bordel, cest quoi ce délire ?! ».

Le jeu renferme aussi un autre principe novateur : Le Game Over nexiste pas ! Si si, je vous assure, cest vrai Lorsque vous mourez, votre esprit est envoyé dans un monde spirituel où détranges créatures volantes vous permettront de regagner de la vie ou de lénergie spirituelle. Bien sûr, le temps passé dans ce monde est assez court et vous aurez à peine une minute pour dégommer le plus de bestioles possible, avec votre arc, afin de revenir dans le monde des vivants avec une patate denfer. Cest certes moins frustrant que de recommencer le niveau à chaque fois et vous ne craindrez plus de faire des attaques kamikazes dévastatrices puisque de toute manière, vous reviendrez ; en revanche, ça écourte pas mal la durée de vie du jeu : 7-8 heures mont suffi pour en venir à bout. Un point décevant, en plus de la linéarité qui ressort des différents levels parcourus.

En définitive, jai été légèrement déçu par ce soft. Après dix ans dattente, cest tout de même un peu fade. Toutefois, les graphismes et le gameplay novateur peuvent rattraper les petits défauts. Par contre, je ne ferai aucun cadeau sur la durée de vie qui est affreusement courte, dautant plus quaprès lavoir terminée en mode normal, je ne pense pas que lenvie vous prenne de recommencer laventure en mode Cherokee (difficile). Dommage Un jeu qui était pourtant annoncé comme révolutionnaire et censé être meilleur que les fondateurs du FPS comme Quake ou Doom. Chers gamers, si vous décidez de vous le procurer, il faut donc le faire en connaissance de cause et ne pas maccuser par la suite de vous avoir forcés à adopter le look iroquois...



12
bejito [ Niv: 47; Exp: 531120 ]
[ Envoyer un message privé ]

Prey sortis au début de la 360 avait tout pour plaire à l'époque,mais depuis de l'eau à coulée sous les ponts.D'accord il y à la gravité,d'accord les armes extra-terrestres sont cool,d'accord il y à des phases en vaisseau originale,d'accord le perso à un esprit.Il y à beaucoup d'originalité,mais c'est trop répétitif on es que présent dans le vaisseau alien et c'est tout,les seul phases d'extérieur c'est juste pour parler à son grand père et au dernier niveau pour friter l'ennemi avec aucune direction où aller,ce jeu et sympa avec ses petites énigmes avec l'esprit de l'indien mais bon c'est répétitif à souhait,j'aurais bien voulu voir du pays quand même.

 
 
Rechercher un Jeu Video
 

 

Prey

Support Xbox 360
Editeur 2K Games
Développeur Human head Studios
Genre
Sortie officielle Jul 2006
Joueurs max 1 en local, 8 en réseau
Import NON
Titre alternatif n/c
UPC/EAN 5026555245463
 
 
Prey : Espace membre
3 membres ont ce jeu dans leur collection
 
 
Revue de Presse des Jeux Video
Gamekult 14/20
Gamespot 15/20
IGN 18/20
Jeuxvideo.com 16/20
  Ajouter une revue de presse
 

Prey : avis des membres

bejito [ Niv: 47; Exp: 531120 ]
[ Envoyer un message privé ]
12
[ Niv: 0; Exp: 0 ]
[ Envoyer un message privé ]
15
 
- 32X - 3DO - 3DS - Adventure Vision - Amiga - Amiga CD32 - Amstrad-CPC 464 - Amstrad-CPC 6128 - Apple II - Atari 2600 - Atari 5200 - Atari 7800 - Atari ST - Atari XE - CD-i - Channel F - Colecovision - Commodore 64 - DD64 - Dreamcast - DS - e-Reader - Family Computer Disk System - Game and Watch - Game Boy - Game Boy Advance - Game Boy Color - Game Gear - Game Park 32 - GameCube - Gizmondo - GX-4000 - Intellivision - Jaguar - Jaguar CD - Lynx - Mac - Master System - Mega Drive - Genesis - Mega-CD - Sega CD - MSX - N-Gage - Neo Geo - Neo Geo Pocket - Neo Geo Pocket Color - Neo Geo-CD - NES - Famicom - Nintendo 64 - Odyssey - Odyssey2 - PC - PC-Engine CD Rom - PC-Engine Hu-Card - PC-Engine SuperGrafX - Playstation - Pokemon Mini - PS2 - PS3 - PSP - Saturn - SNES - TI-99 4A - TRS-80 - Vectrex - Videopac - Virtual Boy - Wii - Wonderswan - Wonderswan Color - Xbox - Xbox 360