Jeu Video Odama sur GameCube

jeux video DS, Playstation, Jeux PS3, PC, console, jeux gratuits
Inscription jeux video Ajout jeux video Accueil jeux video base de donnée jeux video Forum jeux video Top jeux video Top membre jeux video Contact jeux video
 
Login:
Pass:

 

Odama

 
Odama
Classé 5030 sur 23653 jeux au général
Classé 185 sur 479 jeux sur GameCube
 
La presse:
(5 Notes)
12.8
Les joueurs:
(2 Notes)
16.5
 
Note globale Catégorie Notez ce jeu
74% B
 
 

Description du Jeu Video Odama

Jeu video de Autres sorti sur console GameCube. Ce jeu GameCube est sorti le 03/2006. Si vous êtes fan de jeux video de Autres, faites vous plaisir et jouez y !

Vous disposez de l'arme la plus redoutable des champs de bataille médiévaux. Précédant vos hommes, la terrible Odama ouvre le chemin en détruisant tout sur son passage... sans aucune distinction. Dirigez vos hommes avec des commandes vocales pour les protéger et les mener à la victoire !
  Ajouter une description
 

Images du Jeu Video Odama

Odama - GameCube
Recto de la pochette
Odama - GameCube
Verso de la pochette
Odama - GameCube
Collection
Odama - GameCube
Collection
Odama - GameCube
Screen du jeu
Odama - GameCube
Screen du jeu
Odama - GameCube
Screen du jeu
Odama - GameCube
Screen du jeu
Odama - GameCube
Screen du jeu
  Ajouter une image
 

Odama : avis des membres



13
[ Niv: 0; Exp: 0 ]
[ Envoyer un message privé ]

Un flipper, une cloche Ninten-Do, le crâne dun gars chauve qui vole au vent sur la pochette, un Japon médiéval et un micro !!! Sacré mélange tout de même, on est censé faire quoi avec tout ça ? Au final, ça donne un jeu complètement à part qui mérite que l'on s'y attarde pour un test, amplement même.
A jeu original, test original Et si l'on commençait par une recette de cuisine ?

Non merci, il est presque midi et je n'ai pas envie de penser à ça maintenant; alors tant pis, dans ces conditions, autant attaquer tout de suite cet Odama. Issu de l'imaginaire fertile de Mr. Yoot Saito (celui qui a crée Seaman, pour ceux qui connaissent, sorti sur DC et PS1), Odama est donc un jeu hors norme qui nous propose un mélange entre du flipper et du wargame ! Original, unique et novateur; ça faisait un petit moment que je me demandais à quoi une partie de ce jeu pouvait bien ressembler alors que je regardais, avec un air intrigué, la pochette du jeu en me disant : «Tiens, faudrait que je l'essaye ce jeu là, ça a l'air particulier !». C'est désormais chose faite et mis à part à du flipper, ça ne ressemble pas à grand-chose d'autre.
Un 'flipper stratégique' dans lequel vous aurez également à gérer des troupes via des commandes vocales (Aaaah ! C'est pour ça le micro alors). Avouez que ça ne s'invente pas comme ça et qu'il fallait tout de même y penser. D'ailleurs, pour la petite histoire, l'idée du concept d'Odama trouve ses origines dans une prise d'otages impliquant le gouvernement qui avait eu lieu au Japon, dans les années 70.

 

Attention; ici, pas de terroriste et pas de 70's non plus. L'univers d'Odama est celui d'un Japon médiéval avec ses forteresses, ses samurais et ses shoguns. A nous le calme champêtre des campagnes nippones et moyenâgeuses. Enfin, ce n'est pas vraiment ça niveau quiétude mais bon Odama vous place dans la peau d'un chef de guerre dont le père a été assassiné par ses pairs. Trahison entre clans : Yamanouchi, Tamachiyo, horreurs de la guerre et hara-kiri. Vous, Kagetora, êtes bien décidé à récupérer ce qui vous appartient de droit et à venger votre père par la même occasion. Que la bataille commence ! Selon la légende, la gigantesque boule connue sous le nom d'Odama aurait été ramenée de Chine sous la dynastie des Tang et utilisée lors d'une bataille; elle pourrait infliger des dommages indescriptibles à ses ennemis et apporter un pouvoir sans limite à ses alliés.

 

J'imagine qu'il n'est pas nécessaire de préciser que l'intérêt majeur de ce titre réside dans son gameplay; ce n'est pas que techniquement il soit à pâlir de honte, mais un jeu de stratégie en vue du dessus n'a jamais eu pour vocation première de nous en mettre plein les yeux. Par contre, niveau jouabilité, on peut dire qu'il y a de l'idée. La mécanique est simple : vous devez diriger vos troupes avec le micro en utilisant certaines commandes relativement simples (en avant, en arrière, à droite, à gauche) ainsi que d'autres actions qui deviendront possibles au fil de votre progression (poussez, halte, chargez, exécution). A cet aspect, vient s'ajouter le côté flipper (rien à voir avec le dauphin) avec la boule Odama qui se chargera de tout détruire sur son passage, écrasant vos ennemis, détruisant les bâtiments et autres éléments du décor et vous permettant d'accéder à des objets qui vous seront indispensables pour le succès de vos missions. Mais cette dernière est également meurtrière pour vos propres troupes, si ce n'est lorsqu'elle est dans un état bien précis, à la suite de l'acquisition d'un item particulier (mais ne rentrons pas trop dans les détails). Vous l'aurez donc compris, la stratégie est présente et faire le neuneu à renvoyer la boule sans arrêt, dans tous les sens, ne vous mènera guère loin. Il vous faudra coordonner au mieux les déplacements de vos troupes et l'utilisation de la boule Odama, à la fois pour affaiblir l'armée adverse mais aussi et surtout pour interagir avec le décor et progresser ainsi vers la forteresse.

 

Chaque niveau peut être présenté comme un champ de bataille sur lequel vous commencez en bas, où vous aurez à franchir des obstacles et à éliminer les troupes ennemies afin de passer la porte vous permettant d'accéder au niveau suivant. La route de Karasuma vous proposera onze niveaux à la difficulté croissante et aux particularités bien distinctes. Des plaines Kuruwa, vous aurez à vous rendre au château de Karasuma où vous pourrez alors livrer le combat final.

 

Alors ok, c'est bien beau de parler dans un micro, mais est-ce que, d'une, il nous comprend bien et est-ce que, de deux, il faut parler japonais ? Eh bien oui et non ! Oui pour l'efficacité du micro qui vous comprendra assez facilement (mais attention, si vous mangez en même temps, là, ce ne sera plus forcément le cas) et non pour le japonais, le français étant préconisé (pour cette version en tout cas).
La prise en main est donc aisée et l'installation du micro sur la manette, via le petit morceau de plastique fourni avec, vous évitera d'avoir à jongler entre micro, pad et votre verre de jus de tomate. Plus facile, tout de même, pour jouer dans des conditions agréables. Et moins salissant aussi, le jus de tomate ne volant pas à droite et à gauche pour la peine. Non, le point noir de ce titre, selon moi en tout cas (qui n'ai jamais été une bête au flipper je dois l'avouer), c'est sa difficulté. A chaque niveau, un temps vous sera imparti et je vous assure que vous devrez parfois recommencer un niveau un sacré paquet de fois parce que soit vous n'avez plus de troupe, soit vous n'avez plus de temps. Du coup, si onze niveaux semblent faire peu pour une durée de vie correcte, ce n'est pas vraiment le cas puisque je serais prêt à parier que la plupart des joueurs se décourageront avant de voir la fin de l'histoire. Moi le premier d'ailleurs.

 

Niveau réalisation, comme je l'ai dit avant, ce n'est pas l'aspect du jeu qui importe le plu ; ça c'est évident. Ceci étant pris en compte, Odama s'en sort plutôt bien puisque même si les graphismes manquent de finesse (et encore. A quoi bon les peaufiner dans ce type de jeux ?), la bande sonore du jeu est elle plus réussie. Des thèmes musicaux aux saveurs nippones, des voix en VO qui sonnent super bien (ne vous inquiétez pas, les textes écrans sont en français, vous n'aurez pas à vous mettre au japonais) et des bruitages qui s'adaptent à chaque moment. De même, un gros travail artistique a été fourni avec la création des différentes unités, des champs de bataille et de l'univers tout court, j'ai envie de dire; un artwork de qualité qui apporte un certain cachet au jeu (cf. la vidéo d'introduction).

 

Alors voilà, Odama n'est plus un mystère pour moi. Je m'y suis essayé et depuis le temps que le jeu traînait sur mon bureau ben ce n'est pas du luxe comme qui dirait ! Un jeu certes original qui se laisse du coup volontiers tester. Mais le problème principal, qui réside dans sa difficulté, va à coup sûr en rebuter plus d'un. A essayer tout de même, rien que pour se sentir ridicule devant sa télé à répéter «poussez !», «chargez !» etc. dans son micro. Et puis, l'originalité et la diversité des jeux étant tout de même des points capitaux dans le monde créatif des jeux vidéo, on ne peut que saluer ce projet. Gageons que le concept de 'flipper stratégique' n'a pas dit son dernier mot.

 
 
Rechercher un Jeu Video
 

 

Odama

Support GameCube
Editeur Nintendo
Développeur N/A
Genre Autres
Sortie officielle Mar 2006
Joueurs max 1
Import NON
Titre alternatif n/c
UPC/EAN 045496394974
 
 
Odama : Espace membre
2 membres ont ce jeu dans leur collection
 
 
Revue de Presse des Jeux Video
Gamekult 12/20
Gamespot 13/20
IGN 13/20
Jeuxactu 12/20
Jeuxvideo.com 14/20
  Ajouter une revue de presse
 

Odama : avis des membres

[ Niv: 0; Exp: 0 ]
[ Envoyer un message privé ]
13
 
- 32X - 3DO - 3DS - Adventure Vision - Amiga - Amiga CD32 - Amstrad-CPC - Apple II - Atari 2600 - Atari 5200 - Atari 7800 - Atari ST - Atari XE - CD-i - Channel F - Colecovision - Commodore 64 - DD64 - Dreamcast - DS - e-Reader - Family Computer Disk System - Game and Watch - Game Boy - Game Boy Advance - Game Boy Color - Game Gear - Game Park 32 - GameCube - Gizmondo - GX-4000 - Intellivision - Jaguar - Jaguar CD - Lynx - Mac - Master System - Mega Drive - Genesis - Mega-CD - Sega CD - MSX - N-Gage - Neo Geo - Neo Geo Pocket - Neo Geo Pocket Color - Neo Geo-CD - NES - Famicom - Nintendo 64 - Odyssey - Odyssey2 - PC - PC-Engine CD Rom - PC-Engine Hu-Card - PC-Engine SuperGrafX - Playstation - Pokemon Mini - PS Vita - PS2 - PS3 - PS4 - PSP - Saturn - SNES - Switch - TI-99 4A - TRS-80 - Vectrex - Videopac - Virtual Boy - Wii - Wii U - Wonderswan - Wonderswan Color - Xbox - Xbox 360 - Xbox One