Jeu Video King Kong sur GameCube

jeux video DS, Playstation, Jeux PS3, PC, console, jeux gratuits
Inscription jeux video Ajout jeux video Accueil jeux video base de donnée jeux video Forum jeux video Top jeux video Top membre jeux video Contact jeux video
 
Login:
Pass:

 

King Kong

 
King Kong
Classé 2460 sur 23656 jeux au général
Classé 106 sur 479 jeux sur GameCube
 
La presse:
(3 Notes)
16
Les joueurs:
(1 Note)
16.0
 
Note globale Catégorie Notez ce jeu
80% A
 
 

Description du Jeu Video King Kong

Jeu video de sorti sur console GameCube. Ce jeu GameCube est sorti le 11/2005. Si vous êtes fan de jeux video de , faites vous plaisir et jouez y !

  Ajouter une description
 

Images du Jeu Video King Kong

King Kong - GameCube
Recto de la pochette
King Kong - GameCube
Verso de la pochette
King Kong - GameCube
Screen du jeu
King Kong - GameCube
Screen du jeu
King Kong - GameCube
Screen du jeu
King Kong - GameCube
Screen du jeu
King Kong - GameCube
Screen du jeu
  Ajouter une image
 

King Kong : avis des membres



16
[ Niv: 0; Exp: 0 ]
[ Envoyer un message privé ]

Ben ça faisait une paye que je n'étais pas allé au bout d'un jeu mais là, pour le coup, en trois séances de trois heures, l'affaire était bouclée. Ca n'a peut-être l'air de rien mais ceux qui me connaissent bien savent qu'il est extrêmement rare que je termine un jeu pour en soumettre le test et qu'en général, c'est très bon signe quant à la qualité du titre. En plus, ayant eu la chance de voir le film avant de me pencher sur ce test, mon expérience n'en a été que plus jouissive. Entre tension, action et émotion, ce King Kong m'en a mis plein la vue !

Tout d'abord, sachez qu'en tant que jeu officiel tiré du film du même nom, King Kong est somme toute une adaptation plutôt fidèle du long métrage. Vous vous doutez bien que le jeu ne peut pas proposer exactement les mêmes scènes que le scénario original; ceci dit, l'ensemble est cohérent et tire à peu près toutes les séquences du film qu'il était possible de transposer en jeu vidéo. A ces dernières, s'ajoutent des chapitres inventés pour la cause qui peuvent apparaître comme du remplissage. Mais je ne jouerai pas les fines bouches, noubliez pas que le jeu se termine en 6 à 9 heures (perso, j'ai pris mon temps, donc 9 ;) et que le film de Mr. Jackson en dure à peine trois; c'était donc inévitable qu'il faille combler un poil. J'en profite pour souligner, à ce propos, que la durée de vie est aussi le plus gros défaut du jeu si on l'analyse point par point : ne pas atteindre les dix heures pour un FPS est généralement considéré comme bien trop court et à juste titre d'ailleurs.

Alors. Comment ça se mange un grand singe ? Eh bien outre les phases de FPS qui sont assez classiques (les trois-quarts du jeu), King Kong vous donne l'opportunité de contrôler le singe 'Himself' dans l'autre quart de laventure. Le fait de passer de l'un à l'autre au fil de l'histoire, pour suivre le scénario, est une véritable réussite. Certains vont dire qu'il aurait été préférable d'inverser les proportions mais encore une fois, par soucis de cohérence avec le script, ça n'a pas été possible. Enfin, point rassurant, c'est Michel Ancel, le papa de Beyond Good and Evil et des Rayman, qui est à la conception de ce King Kong

 

En faisant le bilan de ce soft sans rien omettre, je dois avouer que c'est vraiment au niveau de l'immersion du joueur dans l'aventure que le meilleur travail a été accompli. Au-delà de l'univers sombre et glauque que constitue Skull Island et qui est fidèlement retranscrit, vient s'ajouter le choix de n'avoir aucune indication ou jauge à l'écran. Le tout est présenté en 16/9, comme au ciné, avec une trame sonore et des bruitages somptueux ainsi que des T-Rex (ou plus exactement V-Rex), des raptors, des insectes tous plus énormes et répugnants les uns que les autres. Quel pied ! Je suis arrivé au bout de pas mal de chapitres avec le coeur qui battait un poil vite et ça, c'est un excellent indicateur d'immersion. Dans le même esprit, le level-design qui s'est bien souvent inspiré des croquis de la production du film, offre un cadre oppressant et parfait pour flipper un bon coup, seul dans le noir. Les munitions (qu'il faudra compter à haute voix pour en connaître la quantité) sont assez rares, tout comme les armes d'ailleurs. Des lances et des ossements bien pointus jonchent néanmoins le sol pour vous permettre de vous défendre même lorsque vous êtes à sec. La gestion de l'armement promet de bons moments de stress puisque vous n'en aurez jamais beaucoup pour assurer votre défense et qu'en plus, il ne vous sera pas permis d'économiser vos munitions. Dans le même ordre d'idée, il est impossible de porter deux armes, il faudra donc savoir prendre une décision sans connaître ce qui vous attend et donc sans aucune certitude quant à l'arme la plus appropriée. En fin de compte, tout ça n'a pas beaucoup dimportance et vous pourrez faire l'aventure entière rien qu'en utilisant les lances si ça vous chante; c'est que trois lances, ça vous nettoie un raptor en un rien de temps ! Bon d'accord, ça risque dêtre plus compliqué sans arme à feu mais vous verrez à l'usage que King Kong, en phase de FPS, n'est pas bourrin, ni subtil d'ailleurs. En fait, c'est plutôt une question de dextérité et de nerfs solides. Quand par exemple vous devez distraire un T-Rex avec une lance en crapahutant au milieu des ruines pendant que vos deux compères prennent trois plombes à ouvrir une porte, je vous jure que vous ne penserez pas : «Ah si javais un flingue !» ; non, aucune des armes disponibles dans ce jeu n'est de taille face à un tel monstre, inutile de gaspiller vos munitions sur lui, vous êtes la proie et il faut assumer. Dernier point sur l'absence d'information à l'écran : vous n'aurez pas de jauge de vie à proprement parler. Au premier coup de dent d'une bestiole, votre vue se trouble; au second, vous voyez rouge et au troisième, c'est la mort ! Le tout est accompagné d'effets sonores et de flous visuels du meilleur effet pour encore plus d'identification au héros.

 

Contrairement à d'autres joueurs, ce sont ces phases de FPS qui m'ont le plus séduit. Non pas que les niveaux dans lesquels l'on contrôle le singe soient ratés, c'est juste qu'il est quand même beaucoup plus difficile de s'identifier au gros primate qu'à un Adrian Broody, paumé au milieu de Jurrasik Park. Et puis ce n'est pas évident d'avoir peur quand on contrôle un tel mastodonte; il ne peut plus faire le malin, là, le T-Rex. On peut même s'en faire trois d'un coup ! En fait, outre sa faible durée de vie, le problème majeur de King Kong vient du fait qu'il est très linéaire, comme beaucoup de jeux très scénarisés. Cette linéarité se ressent encore plus dans les niveaux que l'on traverse aux commandes du singe; j'appréhendais un peu d'avoir à me balancer de falaise en rocher, en courant sur les murs. Mais les premières secondes de contrôle du King ont tout de suite dissipé mes peurs : impossible de tomber dans le vide ou de vous perdre au milieu de la jungle. Le contrôle de la bête est ultra assisté lors des phases de plate-forme et d'ailleurs, même quand le singe se bat, la technique est mise de côté au profit du spectacle et de l'action. Plus globalement, on peut dire qu'il s'agit d'un jeu facile qui risque de décevoir les hardcore gamers; en contrepartie, très accessible, il ne rebutera pas les débutants. L'excellente jouabilité viendra renforcer le sentiment de satisfaction du joueur novice et même si les phases avec King Kong imposent des angles de caméras fixes qui ne sont pas toujours adéquats, dès que l'on bascule en FPS, il n'y a plus de souci et c'est particulièrement appréciable lors de phases intenses quand plusieurs prédateurs vous tournent autour.

 

Pour parler un peu plus du gameplay, on pourra reprocher au jeu de Mr. Ancel de ne pas être aussi original que ses précédentes productions car si la mise en condition graphique, sonore et scénaristique du joueur se fait à merveille, il n'en demeure pas moins que les niveaux se suivent et se ressemblent, du moins en ce qui concerne les objectifs à atteindre. Globalement, dans la peau de l'homme, il vous suffira la plupart du temps d'aller dénicher soit du feu pour brûler des ronces qui bloquent le passage soit de trouver le ou les levier(s) manquant(s) pour ouvrir une porte. C'est tout. Mais bon, au risque de me répéter, l'atmosphère oppressante de Skull Island fait passer la pilule sans trop de soucis et comme le jeu est court et que vous alternez entre homme et singe, la lassitude n'a pas vraiment le temps de s'installer. Il n'empêche qu'un panel d'objectifs plus large aurait été un atout appréciable.

 

Je terminerai ce test par le côté technique de ce King Kong avec, tout d'abord, une bande sonore bien sentie, typique des (bonnes) adaptations de films, composée de musiques généralement symphoniques et discrètes mais qui savent aussi appuyer les différents climax de l'aventure. Les bruitages et autres effets sont très réussis et la qualité ainsi que le réalisme des cris des animaux (cris des dinos, rage de King Kong, marche des grosses scolopendres, etc.) contribuent énormément à l'immersion du joueur et c'est tant mieux ! Graphiquement, le bilan est un peu plus mitigé avec des textures un peu grossières au regard d'une modélisation des différentes entités qui frise la perfection; ceci dit, seuls les mouvements de quelques bêtes secondaires (petits raptors, crabes) pourront vous décevoir, et encore. On aurait certes aimé encore plus de finesse dans les graphismes mais il faut quand même reconnaître que la PS2 fait du bon boulot et que le travail artistique (choix des plans, décors, ambiance) parvient à nous faire oublier que l'on n'est pas sur X-Box 360 et qu'il faut se contenter de ce que l'on a.

 

Je n'ai peut-être pas réussi à être parfaitement explicite tout au long de ce test mais King Kong m'a vraiment beaucoup plu. Loin des FPS bourrins que l'on nous sert au petit déj tous les matins, celui-ci bénéficie du savoir-faire de deux grands messieurs (Jackson, Ancel) et ça se sent à un tel point que j'ai plus apprécié le jeu que le film ! Au-delà des standards mais non exempt de défauts, King Kong ne pêche que par sa durée de vie trop courte, sa facilité et sa linéarité. Mais encore une fois, c'est un jeu qui se vit pleinement, qui vous fera speeder un bon coup dans pas mal de niveaux que vous arpenterez sous forme humaine et qui vous permettra également de vous éclater en maniant King Kong dans un autre pan du jeu très arcade mais aussi très fun.

 
 
Rechercher un Jeu Video
 

 

King Kong

Support GameCube
Editeur Ubisoft
Développeur Ubisoft
Genre
Sortie officielle Nov 2005
Joueurs max 1 en local
Import NON
Titre alternatif n/c
UPC/EAN 3307210197641
 
 
King Kong : Espace membre
1 membre a ce jeu dans sa collection
 
 
Revue de Presse des Jeux Video
Gamespot 16/20
Jeuxactu.com 17/20
Jeuxvideo.com 15/20
  Ajouter une revue de presse
 

King Kong : avis des membres

[ Niv: 0; Exp: 0 ]
[ Envoyer un message privé ]
16
 
- 32X - 3DO - 3DS - Adventure Vision - Amiga - Amiga CD32 - Amstrad-CPC - Apple II - Atari 2600 - Atari 5200 - Atari 7800 - Atari ST - Atari XE - CD-i - Channel F - Colecovision - Commodore 64 - DD64 - Dreamcast - DS - e-Reader - Family Computer Disk System - Game and Watch - Game Boy - Game Boy Advance - Game Boy Color - Game Gear - Game Park 32 - GameCube - Gizmondo - GX-4000 - Intellivision - Jaguar - Jaguar CD - Lynx - Mac - Master System - Mega Drive - Genesis - Mega-CD - Sega CD - MSX - N-Gage - Neo Geo - Neo Geo Pocket - Neo Geo Pocket Color - Neo Geo-CD - NES - Famicom - Nintendo 64 - Odyssey - Odyssey2 - PC - PC-Engine CD Rom - PC-Engine Hu-Card - PC-Engine SuperGrafX - Playstation - Pokemon Mini - PS Vita - PS2 - PS3 - PS4 - PSP - Saturn - SNES - Switch - TI-99 4A - TRS-80 - Vectrex - Videopac - Virtual Boy - Wii - Wii U - Wonderswan - Wonderswan Color - Xbox - Xbox 360 - Xbox One